Vous pensez peut-être que c’est quelque chose qui ne vous affecte pas encore. Faire un testament, planifier les impôts associés… C’est certainement l’un des domaines sur lesquels nous procrastinons le plus.  Cependant, nous parlons de quelque chose que plus vite vous le traitez, mieux c’est. Le problème est que cet impôt spécifique, en raison de son manque de simplicité, provoque beaucoup de maux de tête. Dois-je payer un impôt sur l’héritage que je reçois ? Quel est le montant exact des droits de succession et de donation que je dois payer ? Dois-je vraiment le payer ou existe-t-il un moyen de l’éviter ?

Dans cet article, nous aborderons cet impôt sous tous les angles possibles, de manière claire et précise, afin que vous n’ayez plus aucun doute.

Si vous vous trouvez dans l’une des situations suivantes :

  • Vous possédez un bien immobilier en Espagne en tant qu’étranger (une maison de vacances ou une résidence principale)
  • Vous êtes sûr d’être impliqué dans une procédure de succession transfrontalière
  • Vous vivez en Espagne mais vous avez des biens dans votre pays d’origine.

Alors cet article vous sera vraiment utile. Nous parlerons de ce que sont les droits de succession et de donation et si ces droits s’appliquent dans votre cas particulier ( ce sera le cas) ; de leurs pourcentages exacts, de la manière de les payer et d’éviter de les payer deux fois.

Sans plus tarder, commençons.

 

QUELS SONT LES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION EN ESPAGNE ?

 

Les droits de succession et de donation, également appelés impuesto a la herencia en esppagnol sont l’un des principaux impôts payés en Espagne par les résidents et les non-résidents.

Il s’agit d’un impôt progressif payé par la personne qui reçoit un héritage d’un ami ou d’un parent ; qu’il s’agisse de biens, d’argent ou de tout autre type d’actif.

Bien qu’un héritage soit l’objet le plus courant de cet impôt, il y a deux autres conditions dans lesquelles il s’appliquera également. Chaque fois que vous acceptez un don ou que vous recevez une somme d’argent provenant d’une assurance vie quelconque, vous devrez également payer les droits de succession.

En ce sens, vous ne pouvez pas recevoir les biens hérités tant que vous n’avez pas payé la totalité de l’impôt.

Pour cela, vous disposerez de 6 mois, avec la possibilité de demander une prolongation de 183 jours supplémentaires. Veuillez noter que vous pouvez également demander un paiement échelonné.

Droits de successions et de donation

 

 

Pourquoi cet impôt est-il si complexe ?

 

Deux facteurs peuvent expliquer la difficulté de cet impôt : les différences avec les autres pays européens et les différentes lois applicables au sein d’une même région.

Il convient donc de mentionner que si vous êtes originaire du Royaume-Uni, vous remarquerez certaines différences.

Là-bas, par exemple, cette taxe est exonérée lorsque votre conjoint est impliqué. Ce n’est pas le cas en Espagne. Ici, après le décès de l’un des deux membres du couple, le survivant doit payer les droits de succession pour les biens qu’il reçoit dans le monde entier.

C’est pourquoi il sera essentiel de bien comprendre le fonctionnement de cette taxe. Et c’est ce que nous allons faire à partir de maintenant.

 

LÉGISLATION APPLICABLE

 

Les droits de succession sont régis par le Code civil espagnol. Et cela ne peut signifier qu’une chose : cela dépendra en grande partie de la région ou de la communauté autonome dans laquelle vous vous trouvez. Les taux et indemnités exacts varient en fonction des lois et règlements régionaux spécifiques.

Par exemple, un résident de Madrid peut finir par payer beaucoup plus qu’un résident de Barcelone en ce qui concerne cet impôt.

Chaque Communauté autonome est différente.

Toutefois, dans les cas où la loi régionale ne peut être appliquée, la loi nationale prévaudra.

Pourquoi ? Car, en fait, le gouvernement national en Espagne est l’institution responsable de la définition des taux d’imposition spécifiques et des réductions d’impôts. Cependant, chaque communauté espagnole a le droit de les modifier.

En ce sens, si vous êtes résident habituel dans une région espagnole, ce qui signifie que vous y vivez depuis plus de 5 ans, la loi régionale sur les successions vous sera applicable.

Mais si a) vous êtes un résident non régulier ou b) vous possédez des biens en Espagne mais n’êtes pas résident, la loi de l’État s’appliquera, quelle que soit la région dans laquelle vous vous trouvez.

 

QUI DOIT PAYER LES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION ? DIFFÉRENCES ENTRE RÉSIDENTS ET NON-RÉSIDENTS

 

C’est très facile :

Les droits de succession doivent être payés si l’héritier est résident en Espagne et reçoit un bien de l’étranger, ou si les biens transférés se trouvent sur le territoire espagnol.

Cela signifie que tant les résidents que les non-résidents sont soumis à cet impôt. Et, en fait, ils bénéficieront des mêmes taux et primes.

Dans le passé, la loi était différente pour les deux groupes. Les non-résidents pourraient finir par payer jusqu’à 80 % de droits de succession supplémentaires sur les biens reçus.

Cependant, après l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi en 2015, la situation a complètement changé. Désormais, la loi ne peut être discriminatoire : elle s’applique aussi bien aux résidents qu’aux non-résidents.

 

LES POURCENTAGES EXACTS DES DROITS DE SUCCESSION : COMBIEN DEVEZ-VOUS RÉELLEMENT PAYER

 

Avant de commencer à donner des pourcentages exacts, gardez à l’esprit que le chiffre réel que vous finirez par payer dépend à 100 % de votre situation.

Ce montant exact est calculé à l’aide d’une formule compliquée qui tient compte de plusieurs facteurs, tels que votre âge, votre lieu de résidence, votre lien de parenté avec le défunt, etc. C’est pourquoi nous vous conseillons de nous contacter et de nous expliquer votre situation spécifique afin que nous puissions vous fournir le numéro exact.

Vous pouvez le faire en nous envoyant un courriel à info@balcellsgroup.com et nous vous répondrons rapidement.

En règle générale, plus la personne est proche du défunt, moins vous paierez. Cela vaut aussi bien pour le pourcentage exact à payer en termes d’impôt que pour les primes.

Voici les taux d’imposition établis par la législation nationale :

  • Jusqu’à 7 993 € d’héritage, vous paierez 7.65 %.
  • De 7 993 à 31 956 € : 7.65 % à 10.2 %.
  • Héritage de 31 956 € à 79 881 € : 10.2 à 15.3 %.
  • De 79 881 € à 239 389 € : vous devez payer entre 15.3 % et 21.25 %.
  • 239 389 € à 398 778 € : 25,5 %.
  • 398 778 € à 797 555 € : 29.75 %.
  • Et enfin, plus de 797 555 €: 34 %.

Cependant, attendez une seconde, car ce n’est pas le montant final que vous finirez par payer. Plusieurs primes vous seront probablement appliquées, ce qui réduira ce montant.

 

QUELS SONT LES DÉDUCTIONS FISCALES EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION ?

 

Voici la partie préférée de presque tout le monde : le montant exact que vous pouvez éviter de payer.

Le droit des successions a été modifié récemment. Il faut dire que dans ce cas, pour le pire. Parce qu’auparavant, vous pouviez bénéficier d’une réduction d’impôt de presque 100%. Toutefois, avec ces nouvelles mises à jour, les primes atteignent un maximum de 50 %, et seulement dans certains cas.

Là encore, la prime exacte dépendra de la relation que vous aviez avec le défunt. Pour définir ce montant, il faut savoir dans quel groupe se trouvent les héritiers :

*Sachez que chaque région peut modifier ces chiffres, s’écartant ainsi de la règle générale.

 

GROUPE 1

Ce groupe est constitué des enfants du défunt, y compris les enfants adoptés, qui ont moins de 21 ans.

Ils peuvent obtenir une prime de 47 859 € au total.

 

GROUPE 2

Dans le second groupe, on trouve les enfants de plus de 21 ans, les petits-enfants du défunt, leurs parents et grands-parents, et enfin leur conjoint.

Si vous vivez dans des régions comme la Catalogne ou l’Andalousie, vous avez de la chance. En effet, ils reconnaissent comme membres de ce groupe de nombreux couples célibataires enregistrés dans le cadre d’une union libre.

Ils peuvent obtenir une prime de 15 957 €.

 

GROUPE 3

Dans le troisième groupe, la loi reconnaît les frères, nièces, neveux, tantes, oncles et leurs descendants et ascendants, ainsi que les beaux-parents.

Ce groupe reçoit une prime de 7 993 €.

 

GROUPE 4

Et enfin, le dernier groupe, celui qui comprend les cousins, les couples non mariés dans les régions qui ne reconnaissent pas les unions libres, et toutes les autres personnes sans lien de parenté (comme les amis).

Malheureusement, ils ne reçoivent aucune prime.

 

D’AUTRES PRIMES

Il y a quelques autres cas qui peuvent de toute façon aboutir à un résultat positif. Les personnes handicapées bénéficient d’une prime allant de 47 000 € à 50 000 € selon le degré de leur handicap.

En outre, vous pouvez également avoir droit à une réduction d’impôt de 100 000 € si vous êtes l’enfant ou le conjoint du défunt. Cette allocation peut atteindre 156 000 € si vous avez moins de 26 ans.

Enfin, si l’héritage correspond à la résidence principale du défunt et que les héritiers ne le vendent pas dans les 5 ans, une allocation supplémentaire peut être demandée.

 

COMMENT ÉVITER LA DOUBLE IMPOSITION

 

Peu importe que vous soyez résident fiscal en Espagne ou non, vous pouvez toujours payer des droits de succession dans tout autre pays, comme le Royaume-Uni.

Cela dépend du lieu où vous êtes domicilié.

Si vous êtes citoyen britannique au Royaume-Uni mais que vous résidez en Espagne, on peut vous demander de payer cette taxe dans les deux pays. Cela crée donc un problème de double imposition.

C’est dans ces situations qu’il est fortement conseillé de disposer d’une équipe de professionnels pour optimiser vos impôts et éviter de subir cette double imposition.

Mais comment cela fonctionne-t-il exactement ?

Vous avez deux montants importants à prendre en compte :

  • Le montant obtenu en appliquant le taux moyen de l’impôt sur les successions espagnol aux plus-values générées par des actifs situés à l’étranger.
  • Le montant réel à payer à l’étranger par rapport à l’impôt étranger similaire à l’impôt sur les successions sur le territoire espagnol appliqué aux plus-values.

Vous pouvez déduire de ces deux chiffres le plus faible des deux, pour autant qu’il s’agisse d’impôts découlant de la responsabilité personnelle.

 

COMMENT RÉDUIRE LES PAIEMENTS DES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION

 

En matière fiscale, la planification est essentielle.

Pour éviter de payer un pourcentage aussi élevé, vous pouvez donc utiliser trois moyens :

  • Si la région dans laquelle vous vous trouvez le reconnaît, inscrivez-vous comme partenaire domestique. Vous passerez du groupe 4 au groupe 2, ce qui vous permettra de gagner un éventuel bonus.
  • Rédigez un testament. Cela peut vous aider à éviter que certains parents éloignés ne tombent sous le coup de la règle générale.
  • Vous pouvez laisser un usufruit à votre conjoint. Cela signifie que vous lui donnez la pleine possession de la propriété avec la possibilité de la transmettre à ses enfants sans aucun impôt supplémentaire tout au long du processus.
  • Vous pouvez essayer de faire appliquer le droit successoral d’un autre pays à votre cas particulier (si celui de l’Espagne est vraiment dommageable). Veuillez noter que si les actifs que vous recevrez se trouvent principalement sur le territoire espagnol, cela ne sera pas possible.

 

OBTENEZ DE L’AIDE PERSONNALISÉE POUR GÉRER CET IMPÔT

 

Comme vous l’avez vu, les droits de succession et de donation sont une question compliquée, surtout pour les étrangers en Espagne.

Beaucoup de réglementations, différents taux d’imposition et de primes… Définir le montant exact à payer est compliqué. Et savoir comment atteindre le pourcentage le plus bas possible est encore plus complexe.

C’est pourquoi une planification professionnelle est idéale.

En ce sens, au Balcells Group, nous offrons des services de comptabilité et de planification fiscale pour les expatriés qui peuvent vraiment vous aider à gérer votre héritage.

Contactez-nous, expliquez-nous votre situation et nous trouverons ensemble un moyen de vous aider, vous et votre famille, à gérer votre héritage ! Réponse rapide garantie.

 

JE VEUX CONSULTER UN AVOCAT FISCALISTE

0/5 (0 Reviews)
Share via
Copy link