Le nombre de travailleurs indépendants (autónomos) en Espagne est en constante augmentation. Avec des taux croissants au fil des ans, le territoire espagnol est sans aucun doute dominé par les petites entreprises. Ce fait rend la législation relative à l’entrepreneur individuel très pertinente pour nous tous. Depuis le début de cette année, une série de changements ont été introduits dans la réglementation qui auront sans aucun doute un grand impact tant sur les autónomos existants que sur ceux qui sont sur le point de s’inscrire. Êtes-vous prêt à découvrir en quoi consiste la réforme des autónomos de 2018 pour le territoire espagnol ?

 

Les changements dans la nouvelle réforme des autónomos en Espagne pour 2018

 

Les modifications ont été introduites le 1er janvier 2018 par le gouvernement espagnol. L’ensemble des lois approuvées sont destinées à faciliter la vie des travailleurs indépendants, ainsi qu’à essayer d’attirer un plus grand nombre d’entrepreneurs. Ces modifications ont un impact sur les questions fiscales et de sécurité sociale.

Les changements introduits sont les suivants :

  1. Forfait. Le forfait précédent a été étendu à 12 mois (contre 6 mois auparavant). Le montant à payer par les autónomos pendant la première année est de 50 €. Pour les 13 à 18 mois suivants, la prime est équivalente à 50 %, et pour les 19 à 24 mois, à 30 %.
  2. Bonus pour la conciliation de la vie familiale. Plusieurs changements ont été apportés pour favoriser et améliorer tous les aspects familiaux des travailleurs indépendants, tels que la garde d’enfants, le congé de maternité (période pendant laquelle aucune rémunération n’est versée pour un travail indépendant), etc.
  3. Remboursement de la prime. Les membres qui veulent retourner sur le marché du travail auront beaucoup plus de facilité avec la nouvelle réforme de 2018.
  4. Avantages dans l’embauche de membres de la famille, sous certaines conditions, par l’utilisation de primes dans le quota des autónomos. Par exemple, la loi facilite l’embauche d’enfants souffrant de certains handicaps.
  5. Modifications relatives à l’inscription et aux annulations. Plusieurs changements ont été mis en œuvre dans cette section. Désormais, pour calculer le paiement correspondant à la sécurité sociale, seuls les jours où le travailleur indépendant travaille sont pris en compte, et non plus le mois entier comme c’était le cas en 2017.
  6. Déductions fiscales. Sous certaines conditions, les bénéfices sont désormais déductibles de l’impôt. Les indemnités journalières et les nuitées pour lesquelles une facture peut être fournie, qui ont été payées par voie électronique et qui sont effectuées en dehors du domicile fiscal, deviennent déductibles de l’impôt.

L’impact positif que la réforme peut avoir sur les entrepreneurs espagnols

 

Nous ne devons pas oublier que c’est le cadre juridique qui fixe les règles du jeu pour l’entrepreneur. Sur la base de ces règles, le travailleur indépendant sera responsable de la bonne exécution de son activité, mais sera fortement conditionné par la réglementation.

Ainsi, grâce à ces mesures, l’État parvient non seulement à favoriser et à améliorer la « qualité juridique du travail » des entrepreneurs, mais aussi à établir une stratégie pour attirer de nouveaux autónomos. Et, en fin de compte, ce sont ces personnes qui font tourner notre économie.

En supposant une nette amélioration par rapport à la précédente réforme de 2017, la réforme du travail indépendant de janvier 2018 va de pair avec l’essor des entrepreneurs individuels que l’Espagne a enregistré ces derniers mois, qu’il s’agisse d’entrepreneurs nationaux ou étrangers.

Cette corrélation positive apparente peut être une indication claire de l’importance de mesures positives comme celle-ci.

Comment pensez-vous que la nouvelle réforme l’affectera ? Laissez-nous votre avis dans la section commentaires !

0/5 (0 Reviews)
Share via
Copy link